Cette page contient du contenu dédié au(x) secteur(s) d'activité suivant(s) :

Quel est votre constat sur la mise en place de la formation numérique en entreprise ?

Si le e-learning s’est développé difficilement dans les entreprises depuis la fin des années 90, nous assistons depuis peu à un renouveau de l’engouement pour le numérique au service de la formation.

Les raisons de l’engouement autour du e-learning

Tout d’abord l’évolution des usages sociaux sur Internet a impacté le monde de l’entreprise, mais aussi la numérisation des autres fonctions des organisations, comme le web marketing ou encore la gestion des emplois et des compétences, etc. La formation n’y échappe pas.

De plus, les réformes successives de la formation professionnelle incitent à la recherche de solutions face à la baisse des budgets de formation et au renforcement de l’obligation légale de former les salariés. L’internalisation de la formation est une réponse, dont la numérisation est perçue comme un outil de mise en œuvre. On est aujourd’hui au-delà de l’effet de mode du début.

En termes de représentation, le numérique est souvent perçu par les responsables RH comme :

  • un complément au présentiel dans une logique de blended learning (combinaison d’activités en présentiel et en distanciel),
  • un moyen de limiter les coûts liés aux déplacements pour venir en formation, de former de manière homogène des cohortes de salariés.

Mais les représentations qui dominent sont surtout liées à une image de toute puissance du numérique, celui-ci permettant aux collaborateurs de se former rapidement, par micro learning (courts contenus de formation), au moment choisi de plus grande disponibilité, de manière souple.

Le « spectre » de l’autoformation

Le « spectre » de l’autoformation et du transfert de responsabilité de l’organisation des temps de formation vers le salarié est de retour, et même renforcé aujourd’hui par les pratiques sociales d’autoformation du Web 2.0.

Le réflexe premier de beaucoup d’entreprises est donc de s’équiper d’une plate-forme de formation, d’acheter des contenus sur étagère, et … le tour est joué, il suffit au collaborateur de se former. Et le constat est systématique … ça ne fonctionne pas ! Car on ne se forme pas au travail comme on s’informe ou apprend dans sa vie privée, les conditions de mise en œuvre étant différentes. Il ne faut pas oublier que les salariés sont avant tout … au travail, et que les premiers à les solliciter, sont leurs managers !

« La formation numérique responsabilise les entreprises » – Sylvain Vacaresse #GMLF

Au programme de cet épisode de Good morning la formation : FOAD vs COVID : y a t-il un fantasme autour de la numérisation de la formation ? Des changements pour les entreprises, mais aussi pour les organismes de formation. Quel rôle pour les Opco dans le développement de la FOAD ?

Comment abordez-vous la mise en place de la formation numérique ? Et comment faire pour se lancer ?

Ce qui manque très souvent aux entreprises qui se lancent dans un projet de numérisation de la formation, c’est une vision de ce projet, portée par la direction et partagée avec les salariés.

Une vision de ce que signifie apprendre au travail, de ce qu’être une « entreprise apprenante » implique. L’internalisation et l’introduction du numérique en formation est une fabuleuse opportunité pour reconsidérer l’apprentissage au travail, pour répondre à la question « Comment apprend-on dans notre entreprise pour une performance collective ? ». Et la réponse ne repose pas uniquement sur la motivation des salariés.

La motivation des salariés seule ne suffit pas à les former

La motivation est trop souvent incriminée lorsque le dépôt de contenus d’autoformation en ligne ne fonctionne pas. Pourtant, nombreux sont les salariés qui ont de l’appétence pour se former. La motivation n’est pas une injonction paradoxale de type « motivez-vous !». Elle s’accompagne, elle s’organise, elle se suscite.

Aussi, il faut s’intéresser au concept « d’entreprise apprenante » avec l’introduction du numérique, questionner son entreprise de manière systémique, bien au-delà de la simple mise à disposition de contenus d’autoformation.

Les bonnes questions à se poser pour se lancer

Voici une liste de questions qui sont essentielles pour définir la vision à porter et le plan d’action à mettre en œuvre pour y parvenir.

Ces questions sont un préalable à tout achat d’une plate-forme de formation, car c’est bien à l’entreprise de choisir la plate-forme LMS (Learning Management System) qui correspond à sa vision de la formation, et non le contraire.

  1. Quelle organisation entre temps de travail et temps de formation mettre en œuvre ?
  2. Quelle implication du management dans cette organisation ?
  3. Quels objectifs de formation sont visés ?
  4. Pour l’acquisition de quelles compétences sur poste de travail ?
  5. Quelle reconnaissance par la hiérarchie ?
  6. Quel est le rapport au savoir dans l’entreprise ?
  7. Qui produit la connaissance interne aujourd’hui ?
  8. La culture managériale de notre entreprise est-elle compatible avec des modes collaboratifs de production et d’échange de savoirs et de compétences ?
  9. Où en sont les salariés dans leur propre culture numérique et leurs usages ?
  10. Comment faciliter l’accès à la formation en ligne ?

Cerveau et apprentissage : et si la formation devenait plus percutante ?

Le choix d’une formation s’opère souvent aujourd’hui sur le programme, la durée, le coût. Comment mieux sélectionner, améliorer ses formations ? En intégrant de nouveaux critères ou bien plus de critères ? Comment s’y prendre ?

Voici quelques clés pour optimiser vos formations.

Lire l’article

Le cadre juridique et administratif de la FOAD

Plusieurs appellations sont utilisées pour évoquer la FOAD, en fonction du contexte dans lequel elle est mise en œuvre : e-learning, formation à distance, « digital learning », e-formation, formation multimodale… Retrouvez ici ses caractéristiques, son cadre réglementaire et son formalisme.

En savoir + sur le cadre de la FOAD

Formation ouverte et à distance (FOAD) : des apprentissages en toute souplesse

Les formations ouvertes et à distance (FOAD) font appel à des technologies numériques très diverses, qui peuvent se combiner avec des modalités présentielles. Si ces dernières étaient encore, il y a peu, très largement majoritaires, la FOAD a franchi un cap en 2020 avec les contraintes sanitaires et le besoin de « distanciel » liées à l’épidémie de coronavirus. AKTO vous explique les avantages des formations ouvertes et à distance et la marche à suivre pour les mettre en œuvre.

Tout savoir sur la FOAD

François Calvez, Directeur Pôle Pédagogie et digital – consultant senior – Cnam Pays de la Loire

Pourquoi et comment embarquer ses collaborateurs dans la formation digitale ?

Avec son équipe, François accompagne depuis 20 ans les projets de numérisation de la formation, en interne au Cnam, comme auprès d’entreprises. Le numérique réinterroge le rapport à la formation. Aussi la mission du Pôle est de prendre en compte les nouveaux usages associés aux mutations sociales et technologiques pour piloter l’innovation pédagogique dans les entreprises.
Son champ d’intervention est multiple : parcours pour définir le projet d’une entreprise avant de se lancer, diagnostics e-learning, formations de formateurs occasionnels, médiatisation de contenus numériques, ingénierie de dispositif e-learning et Blended Learning, production de serious games.

Organismes de formation : astuces et solutions pour la numérisation de la formation

Pour pleinement s’approprier ces enjeux, découvrez dans ce guide, des témoignages d’experts sur les futures modalités de formation, la stratégie à adopter pour réussir sa transition numérique, et comment vous pouvez vous faire accompagner par AKTO sur ce sujet .

Bonus : une app pour booster les profils

Ces articles peuvent vous intéresser